Qui a joué avec les allumettes ?

lundi 19 avril 2021
par  AC ! RES

Il y a deux ans (15/16 avril 2019) la cathédrale de Paris subissait un embrasement d’une ampleur et d’une extension que seul le napalm (par analogie) peut propager.

Si trois juges d’instruction ont été saisis, il n’en reste pas moins, sans parler des enquêtes administratives qui piétinent, que le silence est de mise, de l’avis même des plus avertis.

Il y a lieu de s’interroger sur le comment du pourquoi.

Si l’Île de la cité est très convoitée, elle ne saurait se défaire d’un de ses monuments le plus connu. La "crise des Gilets jaunes", à partir de novembre 2018, aurait-elle un lien entre une contestation populaire marquante et une volonté étatique de rétablir une autorité au risque de prêter le flanc à une stratégie diffuse, confuse, voire orientée.

Le chef de l’Etat, à peine l’incendie éteint, affirme que la cathédrale sera reconstruite dans un délai de cinq ans, comme si il en avait eu connaissance avant.

Alors, sur la causalité, les éléments retenus, pour le moment, sont dérisoires et plus que contestables ; hormis un échafaudage bien pratique....

Des poutres en chêne de huit cent ans ne peuvent brûler et se consumer à cette vitesse, de l’avis des experts.

Il s’agit donc là, à supposer, d’un acte délibéré, volontaire. Le lien ci-dessous apporte la contradiction, concernant des éléments factuels qu’il convient de rapporter dans leur contexte et à leur époque.”

Et ici, de comprendre pourquoi.

AC ! - RES
3, rue des Salines- 51 100 Reims
Tel/Fax : 03 26 06 08 98
Permanences : les mardis et jeudis de 14H à 17H
Autres jours sur rendez-vous


Thèse

La cathédrale de Reims du 4 septembre 1914 au 10 juillet 1938. Idéologies, controverses et pragmatisme.
https://bu-documents.univ-reims.fr/theses/exl-doc/GED00000349.pdf