L’Unédic revisitée - Extension du domaine de la misère

jeudi 31 octobre 2019
par  secretariat AC !

Le document de travail de l’Unédic (septembre 2019) est trop peu connu. Il ne sied guère à Madame Pénicaud . Pour cause : c’est « une tuerie ! » selon la CFDT qui, pourtant, c’est fait une réputation de syndicat plutôt réaliste et modéré.

Allons-y-voir. C’est du lourd, le caractère répressif et disciplinaire est fort visible, douloureusement sensible pour des centaines de milliers de demandeurs d’emploi qui, paupérisés stratégiquement seront réduits à se convertir par force en quémandeurs d’emploi. C’est étudié pour.

Sur la première année (nov. 19/ oct. 20) ce sont environ 710 000 demandeurs d’emploi qui seront impactés par la réforme de l’Unédic. Ce qui représentent 27 % des ouvertures de droits sur cette période.

Le changement radical et vachard consiste à allonger la durée du boulot pour avoir droit à de maigres allocations pour recherche. C’est étudié pour.

Il faudra, dès novembre, avoir, travaillé 6 mois sur 24 mois, auparavant c’était plus large, bien que modérément généreux : il suffisait de 4 mois sur 28.

Les travailleurs précaires, intérimaires contraints, saisonniers d’ été et d’hiver,… devront attendre longtemps avant de toucher le p’tit pécule de l’Unédic.

C’est étudié pour. Il s’agit d’alléger le chômeur pour le contraindre à traverser la rue pour faire le trottoir… Extension du domaine de la misère. Les actionnaires hilares de se rouler par terre !

Disséquons un peu la vacherie répressive. Détails et démembrement.

Environ 200 000 demandeurs verront l’ouverture de leur droit retardé d’un an ou plus, ou n’auraient plus aucun droit. Ajoutons grosso-modo, 210 000 « chanceux » qui seraient gratifiés d’un virement avant un an, tardif, mais à saisir – vite.

Pour 300 000 verront la durée de leur droit baisser de 50 %, ce à partir d’avril 2020.
Quelques reliquats : 9 à 10 % n’auront tout simplement plus de droit dans l’année qui suit, parce qu’ils n’auront pas réussi à travailler 6 mois sur les 24 derniers mois (cf. plus haut) . C’est étudié pour.

Ceux qui toucheront encore, les veinards, toucheront moins donc peu.
Car, sachant qu’on sait compter chez les « tachéro-macronistes », le salaire de référence est vicieusement modifié, c’est sur le salaire mensuel moyen que seront calculées les allocs. Environ 16 % des demandeurs devront accepter des allocs diminuées jusqu’à 50 %.
C’est étudié pour.

Sont exigées de drastiques économies : 3,4 milliards sur 2019/2020.
Il y a un déficit à l’Unédic, le saviez-vous ?

Mouais… Un excellent ouvrage, fort bien documenté fait le point sur la question.
Publié par AC !, c’est dire si c’est sérieux ! « Pour une sécurité sociale chômage », éd. Syllepse, 2019. *

En refaisant les comptes nous nous sommes rendus compte : le déficit, c’est étudié pour.

Secrétariat AC !

* Vous pouvez acquérir ce décisif bouquin pour 8 euros, franco de port. C’est donné !
AC ! Agir ensemble contre le chômage !


Brèves

10 septembre - La réforme du chômage sur les ondes de FPP

http://hebdo-julialaure.info/spip.php?article191

25 avril 2018 - sur les ondes de FPP

http://hebdo-julialaure.info/spip.php?article139
l’émission l’Hebdo du 21 avril 2018 consacrée à (...)

22 janvier 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE.

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Les négociations de la convention UNEDIC commence le lundi 24 avec les (...)